Photographe depuis 2013

Pascal Servius

La photographie coule dans mes veines !

Photographe par Passion !

Sylvain Tesson : « Aucun objectif photographique ne captera les réminiscences qu’un paysage déploie en nos cœurs ».

C’est ce qui rend cette pratique passionnante et fascinante. Chaque être humain a sa propre vision de ce qui l’entoure, son propre ressenti.

Biographie

Je fais essentiellement de la photo de paysage et nature.

Né en 1970, dans la région du grand Est, c’est bien tardivement que je me mets à la pratique de la photographie. C’est au cours d’un séjour en Irlande en 2010 que je découvre la beauté et l’ambiance de ces grands espaces de nature sauvage et accueillante. Je suis à ce moment loin du chaos de la ville. Je reste fasciné et prends conscience à cet instant de mon attirance pour cette nature qui compose ces paysages mystiques et oniriques. J’ai ainsi ressenti le besoin d’immortaliser ces instants de pur bonheur.

La photographie a été dans un premier temps un exutoire. Un besoin d’évasion afin de me libérer du quotidien. Par la suite et au fur et à mesure de mes sorties, elle est devenue une passion. Je crois que tout au long de ma vie,  je me suis toujours exalté, émerveillé pour tous ces éléments de l’ordinaire qui nous entourent et surtout pour cette nature avec laquelle je ressens ce besoin de me rapprocher: un sentiment de bien être. C’est tout naturellement que je me suis passionné pour la photographie de paysage. C’est une passion qui  m’anime maintenant depuis presque 10 ans 

Mon premier appareil a été un reflex canon 450D avec un objectif 17-50 et un 90 mn macro de chez Tamron.  Résident à la campagne, mon terrain de jeu était paradoxalement la forêt : en effet, je l’ai longtemps appréhendé pour finalement l’aimer car enfant, elle me faisait très peur. L’avantage en sous-bois est que la lumière varie à chaque instant, ce qui me permettait de travailler un peu ma créativité et surtout, on n’y croise personne. Le photographe est un solitaire m’a t’on dit. J’ai plutôt une imagination vagabonde et il me plaît parfois de croire que je le suis également dans ma démarche photographique. Lors de mes sorties photographiques je ne sais jamais à quoi m’attendre et j’adore cela. J’aime me faire surprendre, m’émerveiller devant l’inconnu. C’est pour cette raison que je ne fais jamais de repérage.

Je suis autodidacte et me suis donc formé dans les magazines, les livres de grands photographes. Mes influences photographiques sont : Fabrice Milochau, Philippe Sainte-Laudy et Ansel Adams.

Pascal Servius
Auteur photographe

Matériel

Le choix du matériel photo, s’est porté sur la marque Canon pour le rendu plus chaleureux des images en comparaison avec les autres marques, bien que ces derniers soient tout aussi de bonne qualité. Ensuite il me fallait du matériel léger afin de me sentir à l’aise lors de mes longues sorties photographiques. Imaginez toute une journée avec le poids du sac à dos. Seul manque à l’appel un  24-70 F/2,8 objectif très polyvalent. Je suis réellement satisfait du choix de ce matériel même s’il n’est pas tropicalisé.

Le 6 D Mark II de chez Canon est un reflex avec capteur plein format de 26,2 millions de pixels et 45 collimateurs. J’aime son ergonomie, sa prise en main et son poids plume 765 g. J’apprécie surtout son menu très simple et intuitif. Couplé au 16-35 L F/4 ou au 70-200 L is USM c’est un vrai plaisir. Je peux le tenir en main toute une journée, l’ensemble se fait vite oublier. J’apprécie beaucoup la disposition de boutons et molettes juste à portés de vos doigts. Je ne quitte plus le viseur, tous les réglages se font au bout de mes doigts.

La cerise sur le gâteau, l’écran tactile et orientable. En macro l’écran orientable est vraiment appréciable.

J’adore ce zoom et je l’amène à toutes mes sorties photos. Cela fait maintenant 3 ans que je l’utilise et je reste très satisfait de ses performances. La mise au point est silencieuse et rapide même dans des conditions de lumière difficiles. Son poids seulement 760 g et sa taille 172 mn le rend très confortable. Il possède une stabilisation 4 axes, idéale lorsque l’on veut se passer d’un trépied. Mais c’est surtout sa qualité optique qui me ravie. Le bokeh est superbe. J’ai longtemps hésité face à son grand frère le 70-200 F/2,8, mais effectivement, c’est son poids qui a fait la pencher la balance. De plus en photo de paysage, je descends rarement en dessous de  F/5,6.

Comme pour le 70-200 que j’affectionne, le 16-35 F4 a une qualité optique qui n’est plus a démontrer. De plus il est léger également, je l’utilise essentiellement pour les photos de paysages et surtout lorsque je fais le choix d’un premier plan proche pour être plus créatif ou donner plus de profondeur à l’image.

Cet objectif est un petit bijou. Il est idéal en photo de rue, en portrait ou lors de photos créatives. Je l’apprécie lors de sorties de nuit en ville. Sa grande ouverture et son poids me permettent de travailler à main levée. Toutefois l’autofocus est peut-être un peu mou à mon sens, mais généralement, je débraye l’ AF. Le bokeh est superbe et doux.

Au début du printemps, c’est le premier objectif qui voit le jour. Je l’emmène automatiquement dans les bois lors de l’éveil de la nature. Mon premier contact avec cet objectif a été surprenante. En effet, je n’imaginais pas un tel poids. Aie!! 895 g !! Il est bien plus lourd que mon ancien Tamron 90 mn F/2,8 stabilisé, 610 g. De plus il n’est pas stabilisé. Je shoote toujours à main levée en macro, alors comme prévu mes essais sur le terrain ont été une vague de photos floues.

Mais tout doucement on finit par s’adapter et ce poids devient presque un avantage : On a l’impression d’un bel équilibre monté sur le reflex. La bague de mise au point est vraiment agréable. C’est vraiment un bel objectif qui toutefois n’est pas à mettre entre les mains de débutants. Ils seraient vite démotivés.

Les filtres à Densité Neutre ont pour vocation de réduire l’intensité lumineuse qui traverse l’objectif. Ils sont idéals pour des prises de vue en poses longues ( ND 400 ) ou en sous bois ( ND 8 ) associé avec un filtre polarisant. Ils augmentent vos temps de pose et créent ainsi des flous pour des sujets en mouvement, vider une place bondée de touristes. Très utile également pour la réalisation de beaux filés d’eau sur des cascades.

Inséparable et indispensable trépied manfrotto MK190XPRO4-BHQ2. Il me suit partout. Je ne m’imagine pas la pratique de la photo de paysage sans lui. Je mets un pied d’honneur à repartir avec de bonnes photos.

Ce que j’apprécie le plus sur ce trépied c’est le système de verrouillage par leviers des 3 sections. Verrouillage puissant qui me garantit une bonne stabilité et surtout plus confortable. J’ai pu tester le système de verrouillage à vis et j’avoue que je ne l’ai pas vraiment apprécié. Beaucoup de manipulations et d’efforts afin de bien stabiliser et régler son trépied.

J’ai associé mon trépied avec une Rotule Ball MH054MO-Q2 remplacé par MHXPRO-BHQ2 de la même marque.

C’est une rotule professionnelle en magnésium de belle qualité, stable et légère, 610g. J’adore le système de plateau rapide, très rassurant.

Je l’apprécie surtout pour la fluidité des mouvements qui la rend rend extrêmement précise.


Inspiration Nature

Les Portfolios

Mon Univers